« Conférence sur le Cardinal Mercier »

Dans le cadre des 125 ans de la Paroisse du Sacré-Coeur à Braine l’Alleud, une conférence est donnée par Xavier Cambron, directeur du Collège Cardinal Mercier à Braine-l’Alleud. Thème: « Braine-l’Alleud et son Cardinal Mercier, avec sous titre: Le cardinal à l’Ermite». Une bonne cinquante de personnes étaient présentes.

 Sa famille, ses origines, sa formation

« Il ne faut pas aborder le problème de l’Homme avec le dessein préconçu d’y chercher une confirmation des croyances religieuses. » Cardinal Mercier

Natif de Braine l’Alleud, son nom est Désiré, Félicien, François-Joseph Mercier. Il est né en 1851 et mort en janvier 1926. L’origine de sa famille remonte au XVIè siècle au nord de Charleroi puis à Nivelles. Sa famille est une famille d’agriculteurs, ils viendront à Braine l’Alleud pour habiter la ferme de la Basse-Cour, puis sa famille travaille dans des services administratifs. Paul, le père du Cardinal est artiste peintre, il arrondi ses fins de mois difficiles en étant distillateur. Il épouse une jeune fille Croquet dont un membre de la famille, Monseigneur Croquet évangélise l’Oregon au nord ouest des Etats-Unis. Paul participe aussi à la révolution de 1830 avec deux de ses frères.

« Ce que je retiens de mon enfance, c’est que j’ai été formé à l’école du travail et de l’adversité » Cardinal Mercier

 Le Cardinal est orphelin de son père à l’âge de sept ans. Cette situation oblige la famille à déménager dans une maison construite par ses grands-parents. 4ème d’une fratrie de sept, il n’a qu’un seul frère, Léon. Le cardinal est né après trois sœurs (devenues religieuses), d’où son prénom Désiré. Léon, lui, aura trois garçons dont deux deviendront prêtres. Charles, le seul à rester laïc sera enseignant aux Etats Unis. Ses fils habitent aujourd’hui la France (Paris et Lyon). Encore adolescent, le Cardinal Mercier rencontre l’Abbé François Olivier qui est muté à Malines. Il le suit à Malines où il fera ses études au petit séminaire puis ses études de Théologie (licence) à Louvain. En 1874, il sera ordonné prêtre. Il enseignera à l’université de Louvain puis en 1906, il sera nommé archevêque de Malines jusqu’à sa mort en 1926.

Le Cardinal et l’église du Sacré Coeur à l’Ermite

« Je n’ai jamais cessé d’être Brainois » » Cardinal Mercier  juin 1924

A l’initiative de son frère Léon, le Cardinal fait construire, en 1893, une maison de campagne. Depuis sa chambre du 1er étage il a une vue jusqu’à Braine l’Alleud. Il y fait installé un oratoire. Il y vient très souvent pour préparer ses cours, ses homélies, etc…Il se balade beaucoup, rencontre des gens et parfois remplace le curé de l’Ermite ce qui n’était pas toujours très apprécié, parait-il. Son frère Léon décèdera dans cette maison de campagne en 1903.

 La guerre de 1914 à 1918

« La religion chrétienne fait du patriotisme une loi, il n’est pas de parfait chrétien qui ne soit un parfait patriote. » Cardinal Mercier

A la déclaration de guerre, le Cardinal est à Rome. Il revient tout de suite pour trouver sa cathédrale et l’université de Louvain en feu. Il écrit, alors, une lettre pastorale pour soutenir son archevêché. Cette lettre est diffusée par ses 200 séminaristes. Dans sa lettre il y attaque nettement l’occupant. Les allemands viennent chez lui pour l’arrêter, mais devant sa tenue écclésiastique de cardinal, ils renoncent à leur projet. Un timbre sera à cette époque imprimé. Le timbre montre le cardinal en tenue rouge, le tout sur fond noir et on peut lire :

 « Le Cardinal Mercier protège la Belgique. » Le Cardinal soutient les belges qui ont pu se réfugier en Suisse. En janvier 2016, le Cardinal visite le pape Benoit XV à Rome

Conférences de Malines

 Entre 1921 et 1923, le Cardinal donne quatre conférences à Malines sur un possible rapprochement entre les catholiques et les protestants. En 1928, donc après le décès du Cardinal, une 5ème conférence a lieu à Malines. Cette 5è conférence résume et reprend le thème des quatre premières.

Quelques évènements et hommages

Le Cardinal rencontre le roi Léopold II en 1909. Il participe à l’élection de Benoit XV. Il participe à la fête de la victoire en 1919 et reçoit la visite du Maréchal Foch et du président américain Wilson. Il est fait Docteur Honoris Causa à l’âge de 35 ans. Il rencontre le roi Albert, la reine Elisabeth et le futur roi Léopold III. En 1923, il est avec les réfugiés venant de Russie. Mais s’il reste toujours éperdument attaché à Braine l’Alleud, il commence à sentir sa fin approcher. En 1925, lors d’une de ses dernières visites quelques mois avant sa mort, le Cardinal dit : « Et là Francis, vous voyez le petit ruisseau, les collines ? Regardez Francis. Ici la vie s’étend. Quel joli plan, n’est ce pas ? Mais ici, Francis, ce n’est pas si beau que de l’autre côté. »                                                                                       Il est mort à Bruxelles en janvier 1926. Ses funérailles ont lieu à la Collégiale Sainte Gertrude avec la présence du Maréchal Foch, du roi Léopold II et futur roi Léopold III. Sa tombe est en la cathédrale Saint Rombaut à Malines. Du Cardinal il nous reste des rues, des places, des écoles tous portent son nom : En Belgique : 20 rues, 13 places, 7 avenues, 1 boulevard et 1 clos. Plusieurs écoles à Schaerbeck, des vitraux à Anvers, Rome, église st Etienne et l’église de l’Ermite. Plus de 5 modèles de médailles et 4 statues (Louvain 1931, Edegem 1933, Collège Cardinal Mercier 1935, devant St Gudule à Bruxelles en 1954)

En France : 4 rues (dont 1 à Paris 9è) ainsi que 4 places

Des timbres postes sont édités à plusieurs reprises avec son effigie. Un en particulier édité en 1976 de 4,50FB pour les 50 ans de sa mort. La série de 5 timbres édités en 2008 représente des unités scoutes sous forme de vitrail dont l’unité scoute du Collège du Cardinal Mercier, la plus vieille unité du Brabant Wallon.

Les commentaires sont fermés